ABCelectronique : portail d'information dans le domaine de l'électronique

Merci de ne pas poster des messages en relation avec le piratage.


    Forums de Abcelectronique > PFE - PPE - TPE ...
  » vérification d'un mégohmètre
Identifiant Se souvenir de moi ?
Mot de passe
Répondre     Nouvelle discussion
vérification d'un mégohmètre

 

sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 19/04/2016, 13h48 #1  
Bonjour tout le monde,
je suis actuellement en stage (métrologie) et en ce moment je dois établir un mode opératoire pour la vérification d'un mégohmmètre. Je ne pense pas avoir bien compris le principe d'un mégohmmètre? je sais que ce qu'il en sort est une valeur de résistivité et on peut définir la qualité de l'isolement en fonction de la valeur de celle ci (bonne qualité si elle est très grande et mauvaise si proche de 0), mais je n'ai pas compris comment on a cette résistance. J'ai lu qu'on injectait une tension mais à partir de la je ne comprends plus, comment injecte t-on la tension et est ce cette tension qui nous permet d'avoir la valeur de résistivité?
Je sais ma question paraît bête mais je ne pourrais pas établir le protocole de vérification si je n'ai pas compris comment fonctionnait un mégohmmètre.
Merci de m'avoir lu.
dcelbis
dcelbis ★★☆☆☆☆☆ 19/04/2016, 14h19 #2  
Loi d'Ohm U= R/I
on mesure la tension et le courant, le calcul nous R.
sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 19/04/2016, 14h23 #3  
Merci de votre réponse et de votre rapidité.
U=R*I d'accord ça je connais mais en soit quelle est la grandeur que mesure le mégohmmètre avant de nous donner la résistance?
guy92
guy92 ★★★★★★ 19/04/2016, 14h39 #4  
Bonjour,
Tu dis : je suis actuellement en stage (métrologie)
C'est bien.

La question de la part de quelqu'un qui fait un stage de métrologie est un peu déroutante.

Quel diplôme prépares tu ?
Quelle est ta formation?
Tu as un maître de stage pour t'encadrer et te guider?
__________________
More the knowledge lesser the Ego, lesser the knowledge, more the Ego

Dernière modification par Fas54 21/04/2016 à 22h38.
sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 19/04/2016, 14h52 #5  
Effectivement ma question n'est pas assez claire. En faite je suis en deuxième année d'un DUT mesures Physiques et en faite je n’ai jamais utilisé de mégohmmètre, je ne sais même pas à quoi ca ressemble donc c’est plutôt abstrait pour moi. J'ai fais quelques recherches sur internet, j'ai compris le but mais pas vraiment le principe. En fait le but de mon projet serait de visualiser qu'est ce qui serait internalisable ou pas dans mon entreprise, il faut donc que je fasse un bilan (économique et main d’œuvre) en comparant ce qu'on perd en l'envoyant à un laboratoire de métrologie pour la vérification et qu’est ce qu’on gagnerait si on le ferait nous-mêmes, pour cela il faut déjà établir un protocole de vérification. ( pour ça je me base sur les fiches de vérification des précedents laboratoires et comme étalons je peux lire qu'ils utilisent : boite décade, multimètre. )
Oui j'ai un maître de stage mais j'essaye pour l'instant de comprendre moi même le principe.
merci d'avance de votre réponse.
guy92
guy92 ★★★★★★ 19/04/2016, 15h10 #6  
sarah25
Si tu ne sais pas comment fonctionne un mégohmmètre, sais tu comment fonctionne un ohmmètre?


Tu dis: "j'ai compris le but mais pas vraiment le principe". Qu'as tu compris?

Ta question:
"En fait le but de mon projet serait de visualiser qu'est ce qui serait internalisable ou pas dans mon entreprise".
Cela va dépendre de plein de choses, en particulier ce que tu mets dans le mot "vérification"

Ton entreprise fait quoi avec les mégohmmètres et possède elle un service de métrologie

Quel modèle de mégohmmètre : en particulier les tensions de mesure.
as tu suivi ( et avec succès ) les formations à la sécurité électrique pour l'habilitation.

Quelles sont les caractéristiques des mégohmmètres que tu souhaite contrôler?
__________________
More the knowledge lesser the Ego, lesser the knowledge, more the Ego

Dernière modification par guy92 19/04/2016 à 15h18.
michel95
michel95 ★★★★★☆☆ 19/04/2016, 22h14 #7  
Un mégohmmètre c'est comme un ohmmètre, ça balance une tension ou un courant et on mesure le courant et la tension respectivement. Dans le cas d'un mégohmmètre on impose une tension, puisque la résistance d'isolation doit être définie à une certaine tension (généralement un multiple de 500V). L'instrument mesure alors le courant et déduit la résistance. Quand à faire la vérification il faut savoir si ta boîte veut faire une simple vérification pour avoir une idée de la justesse de l'appareil ou si l'appareil doit servir à des mesures avec délivrance d'un certificat. Dans ce cas il faut une traçabilité de l'étalon utilisé et des connaissances en métrologie et je doute que l'opération soit rentable.
Pour un info je fait calibrer un mégohmmètre/multimètre chez le fabricant de celui-ci et cela me coûte environ 220€ avec délivrance du certificat de calibration. Pourquoi chercher les problèmes pour si peu ?
A+
sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 20/04/2016, 07h56 #8  
Merci de vos réponses, alors tout d'abord Guy92 oui je sais comment fonctionne un ohmmètre (encore plus avec l'explication de Michel). J'ai compris que le mégohmmètre nous donne une valeur de résistance mais ce que je n'avais pas compris c'était comment on obtenait cette résistance (question bête j'avoue) mais avec l'explication de michel95 je pense avoir mieux compris, sur le mégohmmètre on impose une tension et ensuite on procède à la mesure de notre instrument et l'appareil nous donne R (grâce à la loi d'ohm R=U/I).
Pour les vérifications des instruments je ne pense pas qu'il faut faire vraiment quelque chose de détaillé, je pense faire un certificat de vérification avec la signature du technicien qui a vérifié l'instrument avec toutes les informations liés à l'instrument et aussi une fiche que devra remplir le technicien pour voir si l'instrument est conforme ou non.
Mon entreprise (ErDF) est en charge des mégohmmètres des techniciens qui vont sur le terrain, et moi je suis dans le service "métrologie". (entre guillemets car ils ne sont pas vraiment spécialisés dedans).
Michel95 oui maintenant j'ai compris le principe merci mais qu'entendez vous par "une traçabilité de l'étalon", moi dans le constat que je pense faire je compte mettre les informations liés à l'instrument, mes mesures, pièce conforme ou non.. mais pas non plus rentrez trop dans les détails, juste histoire que l'entreprise possède une "preuve".
Pour faire la vérification d'un mégohmmètre, je ne comprends pas pourquoi les prédents laboratoires de vérifications ont utilisé comme étalons un mutlimètre et une boite à décade? Pour la boite à décade j'aurais une idée, on branche la boite à décade au mégohmmètre on injecte des valeurs de résistance et on regarde ce qu'en sort le mégohmmètre pour justifier de sa fiabilité non?
Désolé pour ce pavé et merci d'avance pour vos réponses.
Thyratron
Thyratron ★★★★★☆☆ 20/04/2016, 08h14 #9  
Posté par sarah25

Mon entreprise (ErDF) est en charge des mégohmmètres des techniciens qui vont sur le terrain, et moi je suis dans le service "métrologie". (entre guillemets car ils ne sont pas vraiment spécialisés dedans).


Bonjour,
ERdF ex EdF doit avoir hérité des mêmes contraintes. Une epic doit consommer des produits et services et n'est pas autorisée à s'y impliquer.
Exemple, la SNCF exploite les trains et les matériels associés mais ne les fabrique pas. A le droit d'avoir son idée sur le sujet.

Le stagiaire a un responsable de stage qui doit le guider et l'orienter dans ses choix. Le sujet dont vous avez hérité peut avoir été présenté aux précédents stagiaires.
Il y en aura d'autres après vous. Ainsi va la vie.

Les étalons sont un vaste sujet. Le problème, la mesure fait référence à quelques chose dont n'est jamais certain de la précision.
Prendre plusieurs thermomètres de marques différentes. Les mesures seront variées. Lequel a raison?
Croît avec le nombre de décimal.

L'étalon, souvenez vous du mètre de la Convention, est une référence absolue. Dans Paris il existe encore quelques murs qui possèdent des pierres de 1m(!!!) pour servir de référence.

Dernière modification par Thyratron 20/04/2016 à 08h21.
guy92
guy92 ★★★★★★ 20/04/2016, 15h13 #10  
Posté par sarah25

Merci de vos réponses, alors tout d'abord Guy92 oui je sais comment fonctionne un ohmmètre (encore plus avec l'explication de Michel). J'ai compris que le mégohmmètre nous donne une valeur de résistance mais ce que je n'avais pas compris c'était comment on obtenait cette résistance (question bête j'avoue) mais avec l'explication de michel95 je pense avoir mieux compris, sur le mégohmmètre on impose une tension et ensuite on procède à la mesure de notre instrument et l'appareil nous donne R (grâce à la loi d'ohm R=U/I).
Pour les vérifications des instruments je ne pense pas qu'il faut faire vraiment quelque chose de détaillé, je pense faire un certificat de vérification avec la signature du technicien qui a vérifié l'instrument avec toutes les informations liés à l'instrument et aussi une fiche que devra remplir le technicien pour voir si l'instrument est conforme ou non.
Mon entreprise (ErDF) est en charge des mégohmmètres des techniciens qui vont sur le terrain, et moi je suis dans le service "métrologie". (entre guillemets car ils ne sont pas vraiment spécialisés dedans).
Michel95 oui maintenant j'ai compris le principe merci mais qu'entendez vous par "une traçabilité de l'étalon", moi dans le constat que je pense faire je compte mettre les informations liés à l'instrument, mes mesures, pièce conforme ou non.. mais pas non plus rentrez trop dans les détails, juste histoire que l'entreprise possède une "preuve".
Pour faire la vérification d'un mégohmmètre, je ne comprends pas pourquoi les prédents laboratoires de vérifications ont utilisé comme étalons un mutlimètre et une boite à décade? Pour la boite à décade j'aurais une idée, on branche la boite à décade au mégohmmètre on injecte des valeurs de résistance et on regarde ce qu'en sort le mégohmmètre pour justifier de sa fiabilité non?
Désolé pour ce pavé et merci d'avance pour vos réponses.



sarah25
Pas de soucis pour le pavé.
Afin d'avancer, pourrais tu répondre aux questions posées.


Ton entreprise fait quoi avec les mégohmmètres?
Les contrôles? Mesures?, Vérification? sont réalisés sur quels type de matériels (ou d'équipements)


On sait maintenant que tu travailles pour ERDF... peu importe l'entreprise, ce n'était pas la question posée.
Dans une entreprise de cette taille (et dont c'est (c'était?) le métier, c'est un peu désespérant que tu n'ai pas pu trouver un électricien pouvant te donner les réponses que tu cherches.

Quel modèle de mégohmmètre : en particulier les tensions de mesure.
Les techniciens, ils travaillent sur quoi comme equipements? Sur du de la BT (230/400V) , sur de la HTA, ou de la HTB

As tu suivi ( et avec succès ) les formations à la sécurité électrique pour l'habilitation?
Connais tu les dangers potentiels d'un mégohmmètres.

Quelles sont les caractéristiques des mégohmmètres que tu souhaite contrôler?

Tu dis : "on regarde ce qu'en sort le mégohmmètre pour justifier de sa fiabilité non?"
Ben non...

Fiabilité??? c'est curieux comme mot dans cette phrase.
Tu peux éventuellement contrôler la précision ou la justesse, par contre si tu arrive à mesurer la "fiabilité" d'un instrument, il faut déposer un brevet pour ta méthode.

Si tu est en BTS mesures physiques, il faudrait que tu regardes dans tes cours à quoi corresponds le mot "fiabilité", et tant que tu y est tu peux aussi regarder "justesse" et "précision"
Tu peux aussi regarder "traçabilité de l'étalon" qui est la base de la métrologie.

PS: Je ne sais pas si tu as bien compris les propos de Thyratron qui sont plein de bon sens.


Tu dis : moi dans le constat que je pense faire je compte mettre les informations liés à l'instrument, mes mesures, pièce conforme ou non.. mais pas non plus rentrez trop dans les détails, juste histoire que l'entreprise possède une "preuve".
Ben encore non,
Une vérification c'est avant tout un cadre juridique et règlementaire. Une entreprise,ne peut plus bricoler aujourd'hui ( et heureusement)
Une validation de complaisance (ou par incompétence) d'un instrument non conforme peut être à l'origine d'un sinistre ou d'un accident grave de personnel.
Ce qui veux dire que signer un document de conformité t'engage (d'un point de vue juridique.)
__________________
More the knowledge lesser the Ego, lesser the knowledge, more the Ego

Dernière modification par guy92 20/04/2016 à 19h08.
petitours
petitours ★★★★★☆☆ 20/04/2016, 20h31 #11  
Bonjour

Si ERDF cherche à économiser quelques euros sur la vérification de ses mégohmmètres passez leur mon numéro je peux les orienter vers des économies bien plus importantes (au service client par exemple ?)...

Trêve de plaisanterie, les techniciens ERDF interviennent sur le réseau de distribution et son exposés à des risques majeurs de surtension et de court circuit. Tous les matériels qu'ils utilisent doivent les protéger. Voir notamment les classes de sécurité pour les surtensions.
http://www.fluke.com/fluke/cafr/sup...3%A9curit%C3%A9
Le classe IV semble incontournable pour un technicien ERDF (autant que l'IP2X obligatoire)

Comme l'a déjà suggéré guy92 avez vous suivi une formation habilitation électrique ? quels modules ? Parce que le mesurage est une des trois choses les plus dangereuses en électricité et le matériel est un vecteur de sécurité (ou insécurité) important. Le service métrologie d'une boite comme ERDF a des critères drastiques à assurer au niveau sécurité sur les matériels de mesure et ils sont certainement plus complexes à assurer qu'une incertitude de mesure satisfaisante.
Les gens du service (dont vous) devriez être très au clair sur la sécurité électrique car vous êtes le deuxième maillon le plus important de la sécurité après les compétences et respect des procédures des techniciens eux même.

PS : chercher à comprendre le fonctionnement pour mettre en place des choses adaptées est une démarche devenue rare ; je vous en félicite.
petitours
petitours ★★★★★☆☆ 20/04/2016, 20h48 #12  
La vérification d'un instrument repose sur tout ou partie de ses spécifications et sur tout ou partie des plages de fonctionnement.

Ainsi si votre travail est de déclarer un appareil "sur" alors il faudra réaliser des tests des spécifications liées à la sécurité

et si votre travail se limite à la pure métrologie (ce qui serait une erreur a mon avis cf mon message juste avant) alors il faut vérifier l'incertitude de mesure de l'appareil.

Cela passe entre autre par un étalonnage, durant lequel on va comparer ce que l’appareil mesure avec une référence supposée "juste", c'est à dire dont l'incertitude de mesure est très inférieure à celle que l'on souhaite pour l’appareil au final.
La référence juste c'est l'étalon qui est en général un mesurande dont la valeur a été mesurée avec un appareil lui même raccordé à un autre étalon plus précis, lui même raccordé à un autre étalon plus précis...
Dans certains cas la référence peut être une réaction chimique dans des conditions particulières qui garantie une certaine incertitude à la référence.

La procédure de vérification est importante
La référence utilisée l'est aussi.

Pour vos ohmmètre les organismes de contrôle utilisent certainement des boites à décades dont le niveau d'isolation a été raccordé à un étalon officiel (COFRAC ou autre)

Vous pouvez très bien imaginer faire ça en interne avec un étalon du même genre envoyé tous les ans en étalonnage chez des gens qui disposent d'un étalon raccordé avec une référence d'une incertitude encore plus réduite...et qui peuvent le garantir.
michel95
michel95 ★★★★★☆☆ 21/04/2016, 04h15 #13  
Posté par sarah25

Merci de vos réponses, alors tout d'abord Guy92 oui je sais comment fonctionne un ohmmètre (encore plus avec l'explication de Michel). J'ai compris que le mégohmmètre nous donne une valeur de résistance mais ce que je n'avais pas compris c'était comment on obtenait cette résistance (question bête j'avoue) mais avec l'explication de michel95 je pense avoir mieux compris, sur le mégohmmètre on impose une tension et ensuite on procède à la mesure de notre instrument et l'appareil nous donne R (grâce à la loi d'ohm R=U/I).
Pour les vérifications des instruments je ne pense pas qu'il faut faire vraiment quelque chose de détaillé, je pense faire un certificat de vérification avec la signature du technicien qui a vérifié l'instrument avec toutes les informations liés à l'instrument et aussi une fiche que devra remplir le technicien pour voir si l'instrument est conforme ou non.
Mon entreprise (ErDF) est en charge des mégohmmètres des techniciens qui vont sur le terrain, et moi je suis dans le service "métrologie". (entre guillemets car ils ne sont pas vraiment spécialisés dedans).
Michel95 oui maintenant j'ai compris le principe merci mais qu'entendez vous par "une traçabilité de l'étalon", moi dans le constat que je pense faire je compte mettre les informations liés à l'instrument, mes mesures, pièce conforme ou non.. mais pas non plus rentrez trop dans les détails, juste histoire que l'entreprise possède une "preuve".
Pour faire la vérification d'un mégohmmètre, je ne comprends pas pourquoi les prédents laboratoires de vérifications ont utilisé comme étalons un mutlimètre et une boite à décade? Pour la boite à décade j'aurais une idée, on branche la boite à décade au mégohmmètre on injecte des valeurs de résistance et on regarde ce qu'en sort le mégohmmètre pour justifier de sa fiabilité non?
Désolé pour ce pavé et merci d'avance pour vos réponses.



En principe on n'utilise pas de boite à décades pour étalonner, une boîte à décades c'est pour les bidouilles de tous les jours. On utilise des étalons spéciaux, dont la résistance est connue et tracée par des étalons nationaux qui garantissent leur valeur. Si tu n'as pas de traçabilité tes mesures ne valent pas grand chose en elles-même. Une résistance normale même de précision aura une erreur plus ou moins grande sous quelques centaines de volts, il faudrait en mettre une palanquée en série.
Voir par exemple chez Sefelec pour de véritables étalons de mégohmmètre:
http://www.sefelec.fr/fr/ACCESSOIRES-ET-ETALONS.php
A+
sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 21/04/2016, 07h52 #14  
Merci d'abord à tous pour vos réponses, c'est très gentil de votre part de prendre de votre temps à expliquer des choses qui vous paraissent simple à des personnes qui n'y comprennent pas vraiment lol.
Thyratron merci pour ton intervention sur les étalons mais c'est dur de trouver l'étalon parfait car même l'étalon a été lui même étalonné par un instrument lui aussi étalonné.
Guy92, mon entreprise utilise les mégohmmètres pour contrôler si il y'a fuite ou non je pense dans les installations électriques en cas de problèmes, j'ai les differentes fiche de vie des mégohmmètres sous mes yeux et les types de mesureur d'isolement sont: mesureur d'isolement CATU DT500, mégohmmètre MEGGER BM14, mesureur d'isolement LEM SATURN ISO, megohmmètre BBC METRISO5000, voilà je pense que les 4 sont les principaux mégohmmètres utilisés.
Enfaite mon maitre de stage n'est pas spécialisé en métrologie, c'est le chef de mon agence ( mais il s'occupe surtout des techniciens qui mettent les compteurs (pas les compteurs domiciles). Et j'ai un collègue qui s'occupe de la métrologie mais il est en vacances et revient lundi normalement.
je viens de demander à un collègue sous quelles tensions ils travaillaient, il m'a dis qu'ils travaillaient très peu sous tension, mais surtout sur de la BT et un peu sur de la HTA.
Non non je n'ai suivi aucune formations à la sécurité électrique, et moi je ne suis que stagiaire je ne suis que devant mon bureau je ne vais pas en missions à l’extérieur comme mes collègues. Pour les caractéristiques je ne sais pas (je vous ai donné les différentes marques des mégohmmètres utilisés un peu plus haut). Et quand je parlais de fiabilité c'était juste un mot pour dire qu'en fait je voulais juger de leur conformité ou non (en calculant l'écart en% entre une référence (mais quelle référence lol) et le mégohmmètre en question. Mais moi je ne compte pas faire un vrai certificat de vérification car nous ne sommes pas un laboratoire spécialisé, c'est surtout pour avoir un avis prononcé sur l'utilisation de tels instruments, ce n'est pas officiel c'est juste " une pré-visualisation" de ce que ferait l'entreprise si ces instruments étaient vérifiés en interne, je ne suis pas trop dans les détails mais surtout "en gros" qu'est ce qu'il faudrait faire. (je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre).
petitours, en ce qui concerne le certificat de vérification vous pouvez voir la réponse que j'ai écrite à Guy92, ce ne sera pas une fiche officielle mais une fiche où figurera les valeurs de mesures avec quelques informations liées à l'instrument utilisé. Pour l'étalon que vous dites, en faite il faudra que je compare les valeurs du mégohmmètre avec un autre appareil de même type que le mégohmmètre mais qui lui serait sûr et je calcule l'écart entre les deux?
Michel95 merci pour le site que vous m'indiquez mais Sefelec vend beaucoup d'étalons et je ne sais pas où me situer par rapport au mégohmmètre, je dois regarder dans la partie résistances étalons de fortes valeurs?

En tout cas merci à tous pour vos réponses, je vous donne par la suite un exemple de résultats d'un laboratoire qui a vérifié un de nos mégohmmètres:
Mesures de tensions d'essais:
Valeur affichée : 100v valeur lue : 102.6V
250v 256.6v
500v 512v
1000v 1018v

Mesure de résistances éléctriques:
Valeur nominale : 1Mohm valeur étalon : 0.997Mohm valeur lue : 979Kohm
10Mohm 9.968Mohm 9.93Mohm
100Mohm 100.02Mohm 99.4Mohm
1Gohm 1.0202Gohm 1.012Gohm
10Gohm 10.055Gohm 9.98Gohm


Mesure de tension:
Valeur générée par l'étalon : 100V valeur lue par l'appareil : 99V
200V 198V
550V 548V
100v 98V
400v 397V
550v 547V

et voici les étalons utilisés : boite de résistance hautes valeurs, diviseur aqse 50kV et multimètre numérique fluke 87.

Dernière modification par sarah25 21/04/2016 à 07h59.
petitours
petitours ★★★★★☆☆ 21/04/2016, 08h14 #15  
un étalonnage n'est rien d'autre qu'une comparaison à une référence considérée comme juste.
Si vous avez besoin d'un appareil à +/-10 carottes alors vous allez l'étalonner sur une référence qui sera elle à +/- 0.1 carottes par exemple. On a une incertitude sur l’étalon mais elle est bien plus faible que le besoin donc considérable comme valeur vraie.

Après ne pas confondre la classe de précision d'une référence ou d'un appareil avec un étalon. Même si vous utilisez un étalon qui a lui même été étalonné sur un autre étalon, lui même étalonné sur un autre étalon officiel, vous utilisez bien une référence raccordée aux références officielles.
Si vous comparez votre mesure à la mesure d'un autre appareil qui n'a pas été étalonné sur une référence raccordée aux étalons officiels alors vous étalonnez rien du tout puisque l'appareil prix comme référence ne vous donne aucune garantie, peut être que cet appareil a une erreur systématique de 50% à cause d'un mauvais réglage d'un choc ou de je ne sais pas quel défaut.
guy92
guy92 ★★★★★★ 21/04/2016, 09h27 #16  
Posté par petitours

un étalonnage n'est rien d'autre qu'une comparaison à une référence considérée comme juste.
Si vous avez besoin d'un appareil à +/-10 carottes alors vous allez l'étalonner sur une référence qui sera elle à +/- 0.1 carottes par exemple. On a une incertitude sur l’étalon mais elle est bien plus faible que le besoin donc considérable comme valeur vraie.

Après ne pas confondre la classe de précision d'une référence ou d'un appareil avec un étalon. Même si vous utilisez un étalon qui a lui même été étalonné sur un autre étalon, lui même étalonné sur un autre étalon officiel, vous utilisez bien une référence raccordée aux références officielles.
Si vous comparez votre mesure à la mesure d'un autre appareil qui n'a pas été étalonné sur une référence raccordée aux étalons officiels alors vous étalonnez rien du tout puisque l'appareil prix comme référence ne vous donne aucune garantie, peut être que cet appareil a une erreur systématique de 50% à cause d'un mauvais réglage d'un choc ou de je ne sais pas quel défaut.



La mesure d'une résistance étalon c'est bien joli, mais pas suffisant.
Il faut aussi que la tension de mesure choisie soit bien respectée.
Sans cela le mégohmmètre ne fait que mesurer une résistance de manière juste mais pas valide si elle n'est pas faite sous la tension nominale.

Et si les techniciens travaillent en HTA, le respect de la tension de mesure est beaucoup plus importante qu'une erreur de 10% sur la valeur de résistance de fuite mesurée.
De toute façon la résistance de fuite est souvent très dépendante de la tension d'essais
(Sinon l'on utiliserait un simple ohmmètre)
__________________
More the knowledge lesser the Ego, lesser the knowledge, more the Ego

Dernière modification par guy92 21/04/2016 à 10h16.
guy92
guy92 ★★★★★★ 21/04/2016, 09h36 #17  
Posté par sarah25

Merci d'abord à tous pour vos réponses, c'est très gentil de votre part de prendre de votre temps à expliquer des choses qui vous paraissent simple à des personnes qui n'y comprennent pas vraiment lol.
Thyratron merci pour ton intervention sur les étalons mais c'est dur de trouver l'étalon parfait car même l'étalon a été lui même étalonné par un instrument lui aussi étalonné.
Guy92, mon entreprise utilise les mégohmmètres pour contrôler si il y'a fuite ou non je pense dans les installations électriques en cas de problèmes, j'ai les differentes fiche de vie des mégohmmètres sous mes yeux et les types de mesureur d'isolement sont: mesureur d'isolement CATU DT500, mégohmmètre MEGGER BM14, mesureur d'isolement LEM SATURN ISO, megohmmètre BBC METRISO5000, voilà je pense que les 4 sont les principaux mégohmmètres utilisés.
Enfaite mon maitre de stage n'est pas spécialisé en métrologie, c'est le chef de mon agence ( mais il s'occupe surtout des techniciens qui mettent les compteurs (pas les compteurs domiciles). Et j'ai un collègue qui s'occupe de la métrologie mais il est en vacances et revient lundi normalement.
je viens de demander à un collègue sous quelles tensions ils travaillaient, il m'a dis qu'ils travaillaient très peu sous tension, mais surtout sur de la BT et un peu sur de la HTA.
Non non je n'ai suivi aucune formations à la sécurité électrique, et moi je ne suis que stagiaire je ne suis que devant mon bureau je ne vais pas en missions à l’extérieur comme mes collègues. Pour les caractéristiques je ne sais pas (je vous ai donné les différentes marques des mégohmmètres utilisés un peu plus haut). Et quand je parlais de fiabilité c'était juste un mot pour dire qu'en fait je voulais juger de leur conformité ou non (en calculant l'écart en% entre une référence (mais quelle référence lol) et le mégohmmètre en question. Mais moi je ne compte pas faire un vrai certificat de vérification car nous ne sommes pas un laboratoire spécialisé, c'est surtout pour avoir un avis prononcé sur l'utilisation de tels instruments, ce n'est pas officiel c'est juste " une pré-visualisation" de ce que ferait l'entreprise si ces instruments étaient vérifiés en interne, je ne suis pas trop dans les détails mais surtout "en gros" qu'est ce qu'il faudrait faire. (je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre).
petitours, en ce qui concerne le certificat de vérification vous pouvez voir la réponse que j'ai écrite à Guy92, ce ne sera pas une fiche officielle mais une fiche où figurera les valeurs de mesures avec quelques informations liées à l'instrument utilisé. Pour l'étalon que vous dites, en faite il faudra que je compare les valeurs du mégohmmètre avec un autre appareil de même type que le mégohmmètre mais qui lui serait sûr et je calcule l'écart entre les deux?
Michel95 merci pour le site que vous m'indiquez mais Sefelec vend beaucoup d'étalons et je ne sais pas où me situer par rapport au mégohmmètre, je dois regarder dans la partie résistances étalons de fortes valeurs?

En tout cas merci à tous pour vos réponses, je vous donne par la suite un exemple de résultats d'un laboratoire qui a vérifié un de nos mégohmmètres:
Mesures de tensions d'essais:
Valeur affichée : 100v valeur lue : 102.6V
250v 256.6v
500v 512v
1000v 1018v

Mesure de résistances éléctriques:
Valeur nominale : 1Mohm valeur étalon : 0.997Mohm valeur lue : 979Kohm
10Mohm 9.968Mohm 9.93Mohm
100Mohm 100.02Mohm 99.4Mohm
1Gohm 1.0202Gohm 1.012Gohm
10Gohm 10.055Gohm 9.98Gohm


Mesure de tension:
Valeur générée par l'étalon : 100V valeur lue par l'appareil : 99V
200V 198V
550V 548V
100v 98V
400v 397V
550v 547V

et voici les étalons utilisés : boite de résistance hautes valeurs, diviseur aqse 50kV et multimètre numérique fluke 87.



Tu dis:
Non non je n'ai suivi aucune formations à la sécurité électrique, et moi je ne suis que stagiaire je ne suis que devant mon bureau je ne vais pas en missions à l’extérieur comme mes collègues.

Le test des mégohmmètre est une opération qui est un travail sous tension car le mégohmmètre est une source de tension (jusqu'à 1000V).
Et encore plus s'il sont destinés à la HTA...
La source de tension étalon pour vérifier la partie voltmètre est tout aussi dangereuse.
La vérification, même en laboratoire, ne peux être réalisé que par quelqu'un qui a une habilitation de son employeur. Et pour rédiger le protocole de test il semble bien compliqué de le faire si l'on ne connais pas parfaitement les méthodes et règles de sécurité. Donc il est souhaitable que tu es au moins suivi la formation pour l'habilitation pour savoir de quoi tu parles
__________________
More the knowledge lesser the Ego, lesser the knowledge, more the Ego

Dernière modification par guy92 21/04/2016 à 10h14.
sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 21/04/2016, 09h48 #18  
d'accord merci petitours pour ces informations concernant l'étalonnage,
guy92 mais j'utilisais des ohmètres lors de mes tp sans danger en iut donc je ne comprends pas pourquoi je ne serais pas apte à utiliser le mégohmmètre sans la formation?
guy92
guy92 ★★★★★★ 21/04/2016, 10h14 #19  
Posté par sarah25

d'accord merci petitours pour ces informations concernant l'étalonnage,
guy92 mais j'utilisais des ohmètres lors de mes tp sans danger en iut donc je ne comprends pas pourquoi je ne serais pas apte à utiliser le mégohmmètre sans la formation?



Ce n'est pas une question d'aptitude, mais juste une des obligations du droit du travail pour assurer la sécurité des salariés.
Il faut bien comprendre les différences entre un mégohmmètre et un ohmmètres

L'ohmmètre (en position diode) délivre une tension de 2 volts au maximum entre les pointes de touches.
Le mégohmmètre, lui, il va délivrer 1000V entre les pointes de touches si tu fait une mesure d'isolement sous 1000V, et 1000V ce n'est plus du tout une tension anodine.
__________________
More the knowledge lesser the Ego, lesser the knowledge, more the Ego

Dernière modification par guy92 21/04/2016 à 10h20.
sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 21/04/2016, 10h38 #20  
guy92 ah d'accord je comprends mieux mais en faite je ne vais pas faire la vérification moi c'est juste de l'abstrait je dois faire le bilan de l'internalisation, savoir quels prix nous dépenserions si nous faisions nous même la vérification puis ensuite le prix avec un laboratoire de métrologie et les comparer, et pour connaître ces prix il faut que je trouve le protocole de vérification pour savoir toutes les dépenses qui seront à prévoir.
Et aussi inclure le protocole dans mon bilan pour que les techniciens (qui eux ont suivi une formation) sachent ce qu'ils devront faire pour vérifier les mégohmmètres.
petitours
petitours ★★★★★☆☆ 21/04/2016, 13h38 #21  
Posté par sarah25

Et aussi inclure le protocole dans mon bilan pour que les techniciens (qui eux ont suivi une formation) sachent ce qu'ils devront faire pour vérifier les mégohmmètres.

c'est trés simple

continuer à chercher à bien comprendre comment ca marche pou mettreen oeuvre un protocole qui garantie que cela fait le job suivant tous ces critères.
Ici il y a la tension de test utilisée et la résistance mesurée (à priori, il faut creuser pour tout bien maitriser).
sarah25
sarah25 ☆☆☆☆☆☆☆ 21/04/2016, 14h11 #22  
C'est bon je pense avoir trouver mon bonheur : https://www.gossenmetrawatt.com/res...sokali/ba_f.pdf . Ce calibrateur permet de vérifier les mesureurs d'isolement en injectant une valeur de résistance d'isolement connue au mégohmmètre (tout en imposant une tension à notre mégohmmètre) et il suffit de lire la résistance d'isolement sur le mégohmmètre pour connaître l'écart d'erreur. Qu'en pensez vous?
guy92
guy92 ★★★★★★ 23/04/2016, 16h32 #23  
Bonjour,

L'ensemble des informations à connaitre pour internaliser une vérification des appareils de mesure, impose de parfaitement appréhender l'ensemble du process.
Tu as trouvé un étalon. Cela n'est pas suffisant.

Tu dis: il suffit de lire la résistance d'isolement sur le mégohmmètre pour connaître l'écart d'erreur. Qu'en pensez vous?
Cela me semble un peu plus compliqué que cela.


Ce n'est pas parce que tu as trouvé un étalon chez un fabricant que celui ci est adapté à ton besoin.
Le forum peut éventuellement répondre à une question technique précise et te donner des pistes.
La mise en place d'un service de vérification internes doit prendre en compte l'ensemble des aspects en particulier tout le coté règlementaires et cela ne peux pas être réalisé par un forum
__________________
More the knowledge lesser the Ego, lesser the knowledge, more the Ego
Répondre